24eme concours du « meilleur jeune boulanger de France » les 3, 4 et 5 novembre 2004

16 candidats de moins de 21 ans, issus de qualifications régionales, se partageront le titre de « Meilleur jeune boulanger de France » les 3, 4 et 5 novembre. Cette 24ème édition du concours aura lieu à  l’Ecole Française de Boulangerie d’Aurillac et Institut de Formation Professionnelle et Permanente (Cantal).

En huit heures, ces jeunes motivés et passionnés par leur métier passeront quatre épreuves :
Fabrication de pain de consommation courante de tradition française (décret n° 93-1074 du 13 septembre 1993).
Fabrication de deux sortes de pains spéciaux dont du pain de campagne.
Confection de viennoiseries classiques (croissants, brioches, pains au chocolat¦) et de produits de viennoiserie complémentaires au choix du candidat.
Elaboration d’un travail artistique sur pâte morte sur le thème du cirque.

Outre l’indispensable maîtrise du savoir-faire boulanger, les capacités d’inventivité des candidats sont prises en compte et valorisées.

La boulangerie-artisanale manque cruellement de bras. Elle a besoin de vocations et de jeunes prêts à  s’investir. Par ce concours, la Boulangerie-Pâtisserie Française veut « réaffirmer le sérieux de ses carrières. D’apprenti à  patron, les parcours professionnels sont diversifiés et progressifs. L’artisanat boulanger du XXIè siècle réunit le manuel et l’intellectuel : dans la fabrication du vrai pain, l’homme est en permanence au centre du processus. Les innovations techniques servent ses recherches et sa créativité. La filière boulangerie forme des chefs d’entreprises à  la mesure des enjeux nationaux et internationaux que génère la qualité du pain français. »

Les candidats au concours des Meilleurs Jeunes Boulangers de France ont tous une formation de niveau V (CAP-BEP). Comme pour le Concours des « Meilleurs Ouvriers de France », seuls ceux dont la note est supérieure ou égale à  16/20 obtiennent le titre.