Le 14e concours du meilleur crois­sant au beurre AOP d’Isigny s’est dérou­lé à la facul­té des Métiers de Saint-Malo. Les 16 par­ti­ci­pants venus de Bretagne et Loire-Atlantique, futurs bou­lan­gers, devaient réa­li­ser le crois­sant par­fait.

L’odeur agréable du beurre et des vien­noi­se­ries sai­sit le nez, dès que l’on fran­chit la porte de la Faculté des métiers de Saint-Malo.

Ce same­di 2 mars 2019, les can­di­dats régio­naux de la 14e édi­tion du concours du meilleur crois­sant au beurre d’Isigny sont pen­chés sur leur plan de tra­vail, concen­trés au maxi­mum.

Ils avaient deux heures le matin pour façon­ner les crois­sants et une heure pour les cuire dans l’après-midi.

A l’issue de l’épreuve, le jury, com­po­sé d’enseignants, d’organisateurs du concours et d’un repré­sen­tant de la Coopérative Isigny Sainte-Mère, a éva­lué la forme, le volume, le feuille­té, la tex­ture de la mie et la saveur des crois­sants.

Les can­di­dats, jeunes appren­tis en CFA (Centre de for­ma­tion des appren­tis) ou élèves de lycée pro­fes­sion­nel, sont de futurs bou­lan­gers ou boulangers-pâtissiers. A l’image des vain­queurs, Thomas Kapps qui a fini à la pre­mière place et Ludovic Allio, second. Âgés tous les deux de 17 ans, ils suivent leur for­ma­tion au lycée Saint-Michel à Priziac (Morbihan).

 

Les 16 par­ti­ci­pants au concours, au moment de la remise des prix. | OUEST-FRANCE

 

Les vain­queurs, de gauche à droite : Ludovic Allio (2e), Thomas Kapps (1er) et Manon Pennaneach (3e). | OUEST-FRANCE

Le secret pour rem­por­ter le concours ? « L’entraînement. Nous nous pré­pa­rons depuis trois mois. » L’an pro­chain, Ludovic a le pro­jet d’intégrer une men­tion com­plé­men­taire en bou­lan­ge­rie. Son pro­jet est d’ouvrir une bou­lan­ge­rie, après quelques années de sala­riat.

Thomas a envie de bou­ger, pour­quoi pas au Canada. Manon Pennaneach, 16 ans, étu­die au lycée Saint-Joseph à Concarneau. Elle a fini à la troi­sième place. « Je fai­sais des gâteaux avec ma mère et la voca­tion est venue. » Elle ambi­tionne d’ouvrir un ou plu­sieurs maga­sins dans la région et à l’étranger.

Les deux pre­miers ont rem­por­té leur place pour la finale natio­nale qui aura lieu au lycée François Rabelais d’Ifs, dans le Calvados les 14 et 15 mai 2019. Pour cette der­nière épreuve, ils réa­li­se­ront une vien­noi­se­rie revi­si­tée par Alexis Bouillet, par­rain et juré du concours cette année. Reconnu Meilleur jeune pâtis­sier au monde aux olym­piades des Métiers 2011, il exerce à Hong Kong, où il contri­bue à la trans­mis­sion et au rayon­ne­ment du savoir-faire fran­çais.

Le gagnant de la finale natio­nale obtien­dra un stage de for­ma­tion pro­fes­sion­nelle.

 

 

Sources :